Biscotte & Cie est passée d'une petite entreprise de teinture à la main à une entreprise florissante avec 3 lignes de laines teintes à la main - Biscotte Yarns, Louise Robert Collection et PatricKnits - qui crée en moyenne 55 modèles de tricot et de crochet par an.

En plus de produire des modèles et des laines teintes à la main, Louise Robert et son mari Patrick sont propriétaires de quatre boutiques de laine au Québec et une aux États-Unis, à Northvale, NJ. Comment font-ils pour tout faire ? J'ai discuté avec Louise pour en savoir un peu plus sur Les Laines Biscotte et son évolution.

 

Biscotte the cat which inspired Biscotte Yarns brand name

Tout d'abord, avez-vous choisi le nom Biscotte en raison de votre amour pour les biscuits ?

Non, Biscotte était en fait le nom de mon chat à l'époque où j'ai créé mon blog Biscottecie.com/blogue. J'étais à la maison avec de jeunes enfants et j'ai commencé à teindre la laine pour le plaisir et à partager les résultats et mes projets de tricot sur le blog.

 

 

Comment cela a-t-il évolué pour devenir l'entreprise qu'elle est aujourd'hui ?

J'ai commencé à teindre la laine, principalement des Laines Autorayanteᵐᶜ, en 2007, sous le nom de Biscotte & Cie. J'étais une jeune maman et j'étais donc attirée par les couleurs joyeuses et vives, ainsi que par les personnages de films et de dessins animés. Au fur et à mesure que j'entrais dans des palettes et des combinaisons plus sophistiquées, mon mari Patrick m'a suggéré de lancer une nouvelle collection sous mon nom, Collection Louise Robert. Et, bien sûr, il a dû ajouter sa propre ligne, PatricKnits!

La teinture de la laine m'a amenée à écrire des patrons pour montrer ce que l'on pouvait tricoter avec ces laines. Et voilà comment ce "hobby" s'est transformé en une entreprise qui compte aujourd'hui 5 boutiques, 2 sites web et un siège social au Canada rattaché à un atelier de teinture.

 

Comment vos créations ont-elles évolué au fil des ans ?

Au début de ma carrière de designer, j'ai écrit beaucoup de patrons de chaussettes. Je m'amusais beaucoup à jouer avec la forme des chaussettes pour mettre en valeur les rayures de notre Laines Autorayanteᵐᶜ. Comme les chaussettes se portent à l'intérieur des chaussures, je me sentais moins intimidée à l'idée d'écrire ce type de modèle. Les chaussettes ne sont pas un vêtement "sérieux" : Elles peuvent être rigolotes et laisser place à l'imagination, et c'est très bien ainsi ! De plus, ce sont de petits projets qui peuvent être réalisés rapidement, ce qui est toujours un avantage lorsque l'on commence à tricoter.

Pendant cette période, j'ai également enseigné le tricot, ce qui a eu un impact sur la rédaction de mes patrons. Cela m'a amenée à être plus détaillée dans mes explications, sachant ce qui pouvait poser problème aux tricoteuses. Après quelques années, mon intérêt a évolué vers des pulls et des châles plus élaborés. Aujourd'hui, je suis beaucoup plus résiliante lorsque je tricote et les projets à long terme ne me font plus peur !

En général, les accessoires sont plus populaires auprès des personnes qui commencent à tricoter, et les vêtements tels que les pulls sont plus susceptibles d'attirer les tricoteuses expérimentées. Cela dit, il n'y a pas un type de vêtement plus populaire qu'un autre : Heureusement, il y a un(e) tricoteur/tricoteuse pour chaque modèle !

Parmi tous les modèles que vous avez réalisés, avez-vous un préféré ?

Cette question n'est pas facile, c'est comme si on vous demandait de choisir votre enfant préféré ! Sans dire que c'est mon favori absolu, je pense que le modèle dont je suis le plus fière est le Stitch Surfer. Je pense que c'est le premier modèle qui m'a fait connaître en tant que créatrice : il a été publié sur Knitty.com et je pense que c'est devenu un classique car les gens le tricotent encore aujourd'hui.

 

Stitch surfer sock pattern

 

Voyez-vous des tendances à venir en matière de laine et de modèles au tricot / crochet?

Ma fille, qui a une vingtaine d'années, a commencé à s'intéresser au tricot et elle suit les tendances de la mode plus que moi. Elle m'a fait découvrir une nouvelle tendance qui émerge sur les réseaux sociaux : des vêtements tricotés avec des fils volumineux, épais et fins, un mélange de textures et un attrait pour l'aspect imparfait du tricot. Vous pouvez trouver des exemples de ce style sur Instagram avec @Va1sseau ou @sulkknitwear. Et, comme on le voit dans les villes européennes comme sur les pistes de ski, les cagoules resteront très tendance cette année !

 

Il semble qu'avoir une entreprise de laine et de design soit déjà assez exigeant, qu'est-ce qui vous a décidé à ajouter des magasins de laine à votre plan d'affaires ?

Le jour où nous avons décidé d'ouvrir notre première boutique de laine est quand nous avons réalisé que personne n'était meilleur que nous pour représenter nos produits. Les boutiques nous permettent de distribuer nos produits localement, tout en proposant d'autres fils et fournitures de tricot populaires. Ce canal est essentiel à la diffusion de notre marque et a connu un tel succès que nous continuons à explorer cette voie.

 

Vous avez une formation en histoire de l'art, n'est-ce pas ? Comment cela a-t-il influencé votre activité ?

L'histoire de l'art a été mon premier amour, bien avant la laine et le tricot. L'art a toujours été ma source d'inspiration, tout comme ma vie et ce qui me définit, mes centres d'intérêt et mes activités préférées. Intégrer tout cela dans mes collections de laine allait de soi ! Je m'inspire de mouvements artistiques spécifiques, d'œuvres d'art ou d'artistes que j'admire, mais je ne me limite pas à l'art pictural. Il m'arrive aussi de m'inspirer d'acteurs ou de personnages célèbres qui m'ont émue ou qui ont suscité une réflexion en moi.

L'aspect créatif de mon travail est ce qui me motive depuis le premier jour. Je retrouve un aspect créatif dans presque toutes les étapes du processus : la teinture de la laine, la conception des modèles, la création et le développement de nos sites web, la rédaction de textes et les projets spéciaux tels que les calendriers de l'avent, les articles promotionnels et les réseaux sociaux... Si seulement il y avait plus de 24 heures dans une journée !

D'ailleurs, la quantité de travail que vous accomplissez est difficile à imaginer ! Avez-vous des astuces pour jongler avec autant de choses?

J'essaie de trouver des outils pour m'organiser : des applications pour gérer mes différents projets, les réseaux sociaux, la communication, et des applications d'automatisation comme AirTable, Zapier, DeepL. Le marketing est aussi une passion pour moi, et je suis abonnée à quelques infolettres comme Checkoutweekly.com, NeilPatel.com et Ariyh.com pour ne rien manquer de ce qui se passe dans ce domaine. Ce n'est pas toujours facile : j'admets qu'il y a des jours où je suis frustré de ne pas avoir assez de temps pour faire tout ce que je veux faire. Avec le temps et par la force des choses, j'ai dû apprendre à déléguer et à accepter que les choses ne soient pas toujours parfaites.

Vous pouvez suivre Louise Robert et PatricKnits sur leurs comptes Instagram individuels et recevoir toutes les dernières nouvelles en suivant le compte de Biscotte Yarns ou en vous inscrivant à l'infolettre ici !

×